Dans l’article précédent nous évoquions le fait que la synthèse vocale n’est pas un outil obligatoire d’un point de vue légal et réglementaire. Pourtant de très nombreuse administrations, collectivités et même des entreprises investissent dans ces technologies. Pourquoi? C’est ce que nous allons nous attacher à expliquer aujourd’hui.

Qu’est ce que la synthèse vocale?

D’après Wikipédia : « La synthèse vocale est une technique informatique de synthèse sonore qui permet de créer de la parole artificielle à partir de n’importe quel texte ». Nous expliquions d’ailleurs dans un précédent article comment cette « parole artificielle » était créée à partir d’une voix naturelle. L’idée est donc de pouvoir générer à partir de n’importe quel texte la piste audio qui lui correspondra.

Quel est son intérêt lorsqu’on parle d’accessibilité?

Les technologies de synthèse vocale permettent comme vous l’aurez compris de donner une voix et de « faire parler » un texte quel qu’il soit. L’intérêt pour une entreprise ou une administration soucieuse du confort de ses clients / usagers est très clair : permettre à ceux qui ont des difficultés de lecture quelles que soient leur origine d’accéder à l’information via un canal différent et ainsi ne pas les exclure de leurs communications. Le diagramme ci-dessous illustre d’ailleurs très bien les différents publics qui peuvent être concernés par l’utilisation de ces technologies. Et nous comprenons dès lors l’attrait indéniable que constitue un outil de synthèse vocale pour les organisations qui le mettent en place. Il permet à la fois de s’adapter à certains handicaps mais permet également à tout un chacun un confort d’utilisation optimal en proposant plusieurs mode de consultation possibles du contenu. Utilisateurs ReadSpeaker A l’heure ou l’on parle de plus en plus de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), la question de l’accessibilité devient donc un enjeu majeur pour les entreprises qui souhaitent montrer leur engagement pour une inclusion totale des personnes quelle que soient leurs origines, leurs parcours de vie ou les handicaps auxquels elles font face. De même pour les administrations et les collectivités qui, malgré une loi sur l’accessibilité numérique ne les contraignant pas à investir, sont de plus en plus nombreuses à franchir le pas et à s’équiper. La prise de conscience est donc réelle autour de ces sujets, rappelons aux entreprises et aux institutions réticentes qu’il s’agit d’un sujet fondamental, rendre vos sites accessibles à tous c’est vous assurer de ne pas perdre de clients, ni de décevoir vos usagers. Les histoires sur des personnes à besoins particuliers ayant eu une mauvaise expérience avec des entreprises / administrations en raison d’un manque d’accessibilité ne manquent pas sur le net : http://www.tanguy-loheac.com/blog/darty-votre-site-internet-est-inaccessible-cest-un-vrai-cauchemar/ http://www.studyrama.com/vie-etudiante/se-defendre-vos-droits/etudes-et-handicap/temoignages-d-etudiants-handicapes-leur-quotidien-a-l-32482 http://roulettes-et-sac-a-dos.com/coup-de-gueule-accessibilite/ http://www.liberation.fr/societe/2015/02/18/environ-20-000-enfants-handicapes-sans-solution-de-scolarisation_1205157