Go to Menu

Accessibilité et éducation : 5 stratégies gagnantes

L’accessibilité pédagogique permet de mettre les élèves en situation de handicap sur un pied d’égalité avec les autres. Découvrez 5 stratégies permettant de renforcer l’accessibilité.

20 mai 2024 by Amy Foxwell

Jamais dans l’histoire les élèves n’ont été égaux en matière d’éducation scolaire. Par conséquent, lorsque les établissements d’enseignement imposent à leurs élèves une méthode d’apprentissage unique, par exemple avec des manuels ou des cours en présentiel, les élèves en situation de handicap se retrouvent souvent pénalisés.

Avec la montée en puissance du numérique et de l’e-learning, il devient plus important que jamais de mettre en avant la problématique de l’accessibilité pédagogique, et pas seulement dans le cadre du handicap. De plus en plus, on considère qu’une conception accessible est une bonne conception.

Dans cet article, nous allons découvrir ce qu’implique l’accessibilité pédagogique et les raisons de son importance, mais également vous présenter cinq stratégies d’accessibilité.

Qu’est-ce que l’accessibilité pédagogique ?

Pour le dire simplement, l’accessibilité pédagogique consiste à faciliter l’accessibilité et l’intelligibilité des informations pour l’ensemble des élèves. Elle permet ainsi aux apprenants en situation de handicap d’acquérir les mêmes compétences et d’atteindre le même niveau de connaissances que les autres.

Par le passé, les élèves présentant des troubles d’apprentissage ou en situation de handicap physique étaient placés dans une classe spéciale, à l’écart de leurs camarades. En renforçant l’accessibilité pédagogique, nous permettons à ces élèves de rester au contact des autres, avec tous les avantages que cela implique sur les plans éducatif, émotionnel et social. Aujourd’hui, cette stratégie d’inclusivité est globalement considérée comme bien plus efficace que la ségrégation des élèves, tant pour la gestion des troubles de l’apprentissage que pour l’éducation des élèves confrontés à ces difficultés.

Les exigences liées à l’accessibilité pédagogique évoluent en permanence. Les méthodes d’enseignement et la technologie n’étant pas figées, les stratégies d’accessibilité doivent changer, elles aussi.

Pourquoi la pression sur l’accessibilité de l’e-learning se fait-elle toujours plus forte ?

De plus en plus, l’éducation se numérise. Environ 63 % des élèves de lycée et 45 % des élèves de primaire utilisent des outils en ligne au quotidien. Nombre d’entre eux sont même inscrits dans des écoles 100 % virtuelles. Presque 52 % des étudiants universitaires suivent au moins un cours en ligne.

Par ailleurs, l’e-learning n’a jamais été aussi prisé chez les entreprises. Avec un marché de la formation professionnelle devant représenter 450 milliards de dollars d’ici 2028, la formation continue s’est déjà dématérialisée.

Les classes virtuelles et physiques devenant toujours plus inclusives et intégrées, l’e-learning a un rôle à jouer dans l’accessibilité pédagogique.

D’un côté, il peut poser de plus grandes difficultés aux élèves en situation de handicap, qui représentent 14 % des élèves des écoles publiques et 19,3 % des apprenants du monde professionnel. Les élèves souffrant de troubles de la vue ou de l’audition par exemple, doivent composer avec des outils numériques ne leur offrant aucun repère physique. Mais d’un autre côté, l’e-learning peut aussi booster l’inclusivité grâce à l’accessibilité offerte par la technologie d’assistance. Il permet en effet de remplacer du matériel pédagogique spécifique et coûteux par des logiciels et des ordinateurs que de nombreux élèves et établissements détiennent déjà.

L’accessibilité de l’e-learning n’est plus une option. Pour éviter que les élèves en situation de handicap ne soient oubliés avec la montée en puissance de la numérisation, il convient d’adapter la formation en ligne aux besoins de tous les élèves. Partout dans le monde, les gouvernements sont ainsi à la manoeuvre pour imposer l’accessibilité des contenus en ligne et hors ligne. C’est notamment le cas aux États-Unis, où l’amendement Section 508 impose aux établissements d’enseignement de fournir du contenu électronique accessible aux personnes en situation de handicap.

De son côté, le mouvement A11Y Project milite pour des expériences numériques inclusives dans le secteur socio-culturel afin de sensibiliser au handicap et d’éliminer les stigmates qui lui sont associés. Notre vision du handicap ne cesse d’évoluer et devient plus positive, comme en témoigne notamment le lien établi entre dyslexie et créativité. Par conséquent, il est possible que la demande d’accessibilité de l’e-learning se fasse de plus en plus forte.

Par ailleurs, avec l’évolution et la diversification des populations, la cible de l’accessibilité pédagogique ne va cesser de s’étendre. La hausse importante de l’immigration aux États-Unis génère une croissance ininterrompue du nombre d’élèves dont l’apprentissage ne se déroule pas dans leur langue maternelle et dont l’anglais constitue la deuxième langue. L’accessibilité peut aussi aider les membres de la famille de ces élèves, qui ne parlent pas non plus parfaitement anglais, à assimiler d’autres concepts, par exemple mathématiques, en simplifiant leur explication.

5 stratégies pour renforcer l’accessibilité pédagogique

Les avantages de l’accessibilité ne profitent pas seulement aux apprenants en situation de handicap. Une conception accessible est une bonne conception.

Tout comme les rampes d’accès peuvent être utilisées par des élèves souffrant ou non d’un handicap physique, l’accessibilité est un outil de simplification de l’information profitant à tous. Bien entendu, ses avantages sont les plus évidents pour les élèves en situation de handicap, mais ils sont en réalité bien plus vastes.

Voici cinq stratégies que vous pouvez mettre en œuvre dans votre salle de classe pour proposer à chaque élève l’environnement d’apprentissage le plus efficace possible :

1. Utilisez la synthèse vocale.

Parmi les obstacles les plus fréquents à l’accessibilité se trouvent les troubles d’apprentissage, les difficultés linguistiques, les troubles visuels et les problèmes de lettrisme. Voici quelques chiffres pour mieux comprendre :

Pour toutes ces personnes, des technologies comme la synthèse vocale rendraient possible l’apprentissage depuis des livres sans passer par la lecture, une tâche qui leur est difficile, voire impossible. Plutôt que de mobiliser leurs efforts sur la prononciation des mots, les élèves pourraient se concentrer sur leur reconnaissance et leur compréhension en utilisant la synthèse vocale pour écouter au lieu de lire.

Par ailleurs, dans la population générale, autour de 30 % des personnes apprennent efficacement en écoutant du contenu. Que ces apprenants soient ou non en situation de handicap, la synthèse vocale peut les aider à mémoriser la majorité des informations.

2. Accompagnez plusieurs styles d’apprentissages.

Il est essentiel de proposer des contenus plus accessibles pour faire de l’accessibilité une réalité pédagogique.

Les contenus textuels ont longtemps été la norme pour les cours en présentiel et en ligne, mais les enseignants doivent désormais proposer une plus vaste palette de formats pour répondre aux besoins des élèves en situation de handicap. En plus de fournir des images et des vidéos pour les apprenants visuels et de la synthèse vocale pour les apprenants auditifs, envisagez l’adoption du Braille, de texte agrandi, de texte alternatif aux images, etc.

C’est précisément dans ce contexte qu’intervient la conception universelle de l’apprentissage. En utilisant une technologie pensée pour l’accessibilité et des plans de cours adaptables, les établissements d’enseignement peuvent aider les élèves à respecter leurs propres styles d’apprentissages au lieu de se conformer à une approche linéaire.

Cette stratégie présente aussi un intérêt pour les élèves progressant au rythme attendu. En effet, même s’ils ne souffrent d’aucun trouble, chacun présente un mode d’apprentissage optimal. Tous les élèves n’ont pas non plus le temps ou la volonté de lire du contenu écrit. Enfin, beaucoup d’élèves aiment apprendre, mais ne parviennent pas à le faire lorsque les styles d’apprentissages à leur disposition ne sont pas conformes à leurs préférences. En leur proposant la même information selon différentes modalités, les enseignants multiplient les chances de susciter leur intérêt.

Encore une fois, une conception accessible est une bonne conception. Pas seulement pour un élève, mais pour tous les élèves.

3. Communiquez ouvertement sur les besoins des élèves.

Beaucoup de personnes souffrent de handicaps non diagnostiqués. Environ 60 % des adultes américains souffrent ainsi de troubles d’apprentissage non traités ou non détectés. Pourtant, un dépistage précoce permet aux établissements d’enseignement de mettre en place des initiatives en faveur de l’accessibilité qui changent la donne. Une intervention rapide (avant le CP) permet à 90 % des élèves concernés de rattraper le niveau de leurs camarades.

Les enseignants sont souvent en première ligne pour identifier les troubles et styles d’apprentissages. En apprenant à décoder les signes qui traduisent la nécessité d’une adaptation, par exemple le stress lors des examens ou la difficulté à suivre des instructions, ils peuvent devenir de précieux ambassadeurs pour leurs élèves. Les administrateurs peuvent alors s’engager à écouter les enseignants et à collaborer avec des coordinateurs de services pour le handicap afin de répondre aux besoins croissants d’accessibilité.

Des outils numériques comme Bloomz peuvent simplifier la communication en permettant aux enseignants de détecter les tendances comportementales des élèves, un indicateur potentiel de besoins en accessibilité. Bloomz peut aussi faciliter les échanges entre les parents et les enseignants en permettant aux parents de jouer un rôle clé dans l’amélioration de l’éducation de leurs enfants.

Capture d'écran tirée du site Web de Bloomz qui fait référence à l'inclusion.

En plus d’encourager une communication ouverte, les administrateurs peuvent aussi tirer parti des ressources numériques fournies par le mouvement A11Y Project, qui offre des directives concrètes pour améliorer l’accessibilité du Web.

4. Évaluez des outils d’accessibilité pour votre établissement.

S’ils font l’impasse sur la technologie, les administrateurs et enseignants sont contraints de consacrer du temps et des ressources supplémentaires à la mise en place d’adaptations, par exemple en donnant plus de temps aux élèves pour réaliser les évaluations. Les stratégies de ce type peuvent monopoliser le budget de votre établissement et rendre donc difficile le déploiement de solutions d’accessibilité sur le long terme. Pourtant, avec les bons logiciels, les établissements d’enseignement peuvent facilement répondre à toutes les exigences d’adaptation prévues par la loi américaine sur le handicap (Americans with Disabilities Act, ADA).

Pour dénicher celui qu’il vous faut, et avant de tout chambouler, organisez des essais ou programmes permettant de tester différents outils. Par exemple, ReadSpeaker propose un programme d’évaluation qui permet aux coordinateurs agréés d’accéder à son outil de synthèse vocale.

De nombreuses ressources en ligne expliquent également comment évaluer des technologies d’assistance pour des populations d’élèves spécifiques. C’est par exemple le cas de ce guide pour les personnes qui apprennent l’anglais et de ce guide pour les élèves souffrant de troubles visuels. Tous deux présentent les questions à poser lors du choix des outils.

Les écoles qui souhaitent évaluer l’accessibilité actuelle de leurs programmes en ligne et leurs sites Web avant de choisir un nouveau logiciel peuvent s’appuyer sur les outils suivants pour obtenir des retours instantanés :

  • Online-Utility.org, qui teste la lisibilité de votre contenu afin de vous aider à en améliorer l’accessibilité pour les élèves souffrant de troubles d’apprentissage
  • Tenon, qui évalue l’accessibilité de sites Web et logiciels pendant leur conception et leur développement
  • A11Y Compliance Platform, qui évalue la conformité de votre site Web aux règles d’accessibilité du contenu Web publiées par le World Wide Web Consortium (W3C)
Capture d'écran de la solution A11Y Compliance Platform du Bureau of Internet Accessibility.

5. Demandez des retours aux élèves.

Le déploiement d’initiatives d’accessibilité appropriées est essentiel pour aider les élèves en situation de handicap à apprendre au même rythme que leurs camarades. Toutefois, lorsque vous vous contentez de suivre des indicateurs comme les moyennes générales et les notes obtenues aux examens, vous risquez de devoir attendre la fin du semestre pour savoir si vous allez dans le bon sens. Pour obtenir des indicateurs plus immédiats, recueillez les retours de vos élèves sans attendre.

Vous pouvez par exemple leur faire tester la technologie d’assistance ou le programme que vous souhaitez mettre en place. Une observation attentive, et l’utilisation de logiciels d’administration d’enquête comme Google Forms et de logiciels d’enregistrement de l’écran comme Loom, vous aideront à mieux comprendre comment les élèves interagissent avec les logiciels que vous évaluez. Vous pourrez alors déterminer la réussite potentielle de vos initiatives et décider des meilleures stratégies à suivre pour améliorer l’accessibilité de l’éducation pour vos élèves.

Capture d'écran présentant les résultats de Google Forms utilisés pour évaluer la satisfaction des élèves vis-à-vis de logiciels d'accessibilité.
Related articles
Commencez à utiliser la synthèse vocale dès aujourd'hui

Rendez vos produits plus attrayants grâce à nos solutions de vocalisation.

Nous contacter